Jamais de bisou sur la bouche de nos enfants !

Jamais de bisou sur la bouche de nos enfants !
Partagez cet article sur la psychanalyse !

« Dans l’école de mes enfants, j’ai été surprise de voir que les autres parents réprouvaient le fait que je fais des bisous sur la bouche de mes enfants de six et huit ans. Je ne vois pas en quoi ces pratiques de tendresse poseraient problème ».

La confusion de langues

J’emprunte à Sandor Ferenczi le titre de « la confusion de langues entre les adultes et l’enfant » qui désigne la relation enfant-adulte. Les adultes influencent par leur comportement le développement de la sexualité future de l’enfant. En effet, il s’agit bien d’une confusion se situant à plusieurs niveaux lorsque l’adulte embrasse son enfant sur la bouche.

Le baiser sur la bouche appartient aux amoureux et à eux seuls.

Il ne nous viendrait pas à l’idée de nous saluer entre ami(e)s par des bisous sur la bouche ! Maman est l’amoureuse de papa, ils s’embrassent sur la bouche. L’enfant comprend très jeune ces codes. Alors recevoir un baiser de maman ou de papa sera très compliqué à gérer pour un enfant. Il est par cet acte mis à la même place que l’amoureux alors qu’il est l’enfant. Il va se poser la question de sa place dans la famille. Dans sa tête va naître un fouillis correspondant à une perte de repères. « Suis-je l’amoureux de maman ? ».

L’âge de l’enfant & le bisou sur la bouche

Évidemment donner un bisou à un bébé de six mois est moins grave que de le faire à un enfant de six ans, voire à un adolescent. Il me semble cependant qu’une attitude appropriée interdise les bisous sur la bouche d’un enfant quel que soit son âge car comme exposé précédemment, l’enfant n’est pas l’amoureux.

Vers deux ans, l’enfant devient amoureux du parent du sexe opposé, c’est également vers six ans la période œdipienne, phase durant laquelle l’enfant va par tous moyens tenter de séduire ce parent en essayant justement de l’embrasser sur la bouche, de mettre sa main sur les seins de sa mère… Pour lui permettre de dépasser cette étape essentielle de son développement, il est primordial que ses parents fixent les limites de façon claire. A savoir qu’il est interdit de mettre la main sur les seins de sa mère et… de se donner des bisous sur la bouche. Or si cette pratique existe dans la famille, l’enfant sera bloqué dans son développement en raison de la confusion qui existe dans son esprit et du fantasme qui prend de l’ampleur « Je peux épouser maman car je lui fais des bisous sur la bouche ». Dépasser la phase œdipienne, c’est lui permettre de grandir en allant vers l’extérieur : couper le cordon pour  ultérieurement faire sa vie en adulte autonome et équilibré. Lui faire des bisous sur la bouche va le bloquer dans son état d’enfant, en maintenant une confusion de langues.

Les changements que vit l’adolescent sont extrêmement violents. Il aura besoin d’un cocon n’appartenant qu’à lui. Nul besoin d’expliquer en quoi les bisous sur la bouche avec les parents seront un empiètement inacceptable de l’intimité de cet être en pleine mutation. Souvent les adolescents vont rejeter les contacts physiques avec leurs parents, ce qui est une très bonne chose. Car grandir revient à couper le cordon.

La bouche est une zone érogène

L’enfant peut ressentir une excitation très forte en recevant un baiser parental. Cette excitation va s’engrammer dans sa mémoire corporelle et resurgira plus tard lors du complexe d’œdipe, mais aussi lorsqu’il aura une vie sexuelle. Cette empreinte viendra entacher sa vie intime en l’imprégnant inconsciemment. Il y aura à nouveau confusion entre l’amoureuse et le parent. Car le baiser parental conduit à imposer à son enfant une pratique qui est de l’ordre du sexuel alors qu’il n’est pas en âge d’avoir une sexualité d’adulte. Nous sommes là dans l’incestuel car l’adulte s’approprie, qu’il le fasse consciemment ou non, le corps de l’enfant. La sexualité ne doit pas se découvrir avec les parents. De même que découvrir le plaisir d’un baiser reçu ne peut se faire avec un parent ou un membre de sa famille.

L’empiétement subi par l’enfant

Les bisous parentaux sur la bouche sont des pratiques que nous imposons à nos enfants. Ce faisant en nous appropriant leur corps, nous les traitons comme des objets et nous leur apprenons que leur corps non seulement ne leur appartient pas mais bien pire, que leur corps est à la disposition des adultes. Ainsi l’enfant est préparé à devenir la proie idéale de prédateurs en tout genre. L’enfant ne saura pas faire la différence entre un geste anodin et un adulte mal intentionné car un bisou sur la bouche sera de l’ordre de la normalité. L’empiétement des parents permettra l’empiétement des autres adultes car l’enfant ne pourra pas faire la différence entre ce qui est sexuel et ce qui ne l’est pas.

Prévention des agressions sexuelles

En considérant la bouche de son enfant comme un espace sacré qui nous est interdit en tant que parents, nous permettons à notre enfant d’avoir une intimité propre. L’intimité est un espace clos n’appartenant qu’à lui. Il grandira en devenant un individu qui saura éviter les empiétements de tous ordres. Il saura mettre des limites naturellement. Ce sera à titre d’exemple un enfant qui hurlera et dénoncera telle personne qui a voulu le toucher. Et non un enfant qui risque de se taire en se disant – en raison de la confusion dans son esprit – qu’il est responsable de ce qu’il a subi et qui en aura honte.

Les attitudes à adopter en tant que parent

L’enfant vers deux ans aura parfois envie de vous faire un bisou sur la bouche et peut être vous en fera un par surprise. Il sera alors judicieux de lui expliquer que les bisous sur la bouche ne sont autorisés qu’entre amoureux ; que vous êtes sa mère et qu’en tant que telle, c’est interdit. Qu’en revanche, son père qui est votre mari a le droit de vous en faire car c’est votre amoureux. Et que plus tard quand il sera grand, il pourra aussi faire des bisous sur la bouche de son amoureuse. En attendant vous allez vous faire des bisous sur la joue, ou sur le front ou sur le nez mais jamais sur la bouche !

L’enfant n’est pas là pour combler notre besoin d’amour.

Ce besoin d’être aimé devra se réparer par un travail sur soi et sur ses blessures d’enfant. Ce n’est qu’ainsi que l’adulte arrivera à donner un amour parental sain à ses enfants. Nos enfants ne sont pas là pour combler nos vides intérieurs ou prendre en charge nos failles.


Partagez cet article sur la psychanalyse !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.