Mon petit frère de 10 ans dort dans le lit de mes parents…

Mon petit frère de 10 ans dort dans le lit de mes parents…
Partagez cet article sur la psychanalyse !

« Mon petit frère de 10 ans dort dans le lit de mes parents et mon père dort dans celui de mon petit frère. Mon petit frère a peur de dormir seul dans sa chambre, c’est pour cela que maman accepte qu’il dorme avec elle. Cela fait maintenant plusieurs mois. » Qu’en pensez- vous ?

Cette situation fait naître plusieurs points que je vais développer successivement.

Où se trouvent le mari et le père ?

Un enfant aime  inconditionnellement  sa mère. Il se séparera d’elle en étant aidé par son père qui se positionne clairement en tant que mari de sa mère. L’enfant qui dort avec sa mère, chaque nuit, aura la confirmation qu’il a le droit d’empiéter sur le domaine réservé à son père. Comment va-t-il pouvoir se construire en tant qu’homme face à ce père défaillant, inexistant ?

Où est le couple ?

Comment préserver l’intimité des parents quand l’enfant squatte le lit conjugal ? L’intimité du couple est bafouée. Peut- être que votre mère amène son fils à combler un besoin de proximité qu’elle ne retrouve plus avec son conjoint. Elle doit se demander si son rôle de mère vient remplacer la relation avec son conjoint. Dans ce cas, il y a un problème.

L’enfant se trouve à la place potentielle d’un partenaire sexuel

L’enfant qui dort avec sa mère n’est pas à sa place et joue inconsciemment le rôle de partenaire potentiel. Même sans passage à l’acte, il est emprisonné dans une relation incestuelle. Cette confusion des identités peut avoir des effets délétères sur son développement et sa sexualité future. L’interdit de l’inceste incite l’enfant à se tourner vers d’autres objets d’amour et à grandir. Le lit conjugal est un lieu riche en symboles. La proximité que sa mère lui impose avec son corps, sa respiration, ses odeurs, peuvent lui procurer des sensations érogènes, source de culpabilité pour lui. La sexualité infantile se découvre seul, par des caresses et pas au contact d’un adulte.

L’enfant est victime d’un inceste virtuel

L’inconscient de l’enfant subit une agression par ce passage à l’acte qui est de devoir dormir avec sa mère. Chez ces enfants victimes, restera à l’âge adulte des troubles psychiques et sexuels. On parle d’inceste psychique symbolique, sans passage à l’acte mais avec des conséquences aussi gravissimes que si le passage à l’acte avait eu lieu. Ce sont des incestes non consommés, mais aux conséquences aussi graves que ceux commis physiquement.

L’enfant ne peut pas grandir

L’impossibilité de quitter le cocon familial à l’âge adulte n’est jamais affaire de constitution mais affaire d’éducation. L’enfant doit pouvoir grandir et se séparer. Après la naissance, l’enfant enchaîne les séparations, le sevrage, la marche… Il s’éloigne à chaque fois un peu plus de ses parents pour se construire comme un être à part entier. Pour quitter à l’âge adulte le cocon familial, l’enfant a besoin de ses parents qui lui font confiance et lui ont appris à affronter peu à peu les difficultés. Il s’agit de partir sans angoisse, il ne s’agit ici que de quitter son enfance. Pour naître à la vie d’homme. Or ici, l’enfant ne possède pas la forme d’autonomie qui est celle de dormir seul. Ses parents lui confirment qu’il a raison d’avoir peur, qu’il est dangereux de dormir seul dans sa chambre et au final que la vie est pleine de dangers. Cette pratique exacerbe l’angoisse de l’enfant. Ce que l’enfant désire c’est qu’on le rassure, qu’il sente qu’on l’accompagne et qu’on est là pour lui.  Mais cela ne veut pas dire lui ouvrir son lit. Le rôle du parent est de l’amener vers l’autonomie, vers l’extérieur, et les autres, non pas de l’amener vers soi. A 10 ans, la période œdipienne est terminée et ce garçon est entré dans une phase de latence, phase de repos et de consolidation des positions acquises. Les instincts sexuels sommeillent et le comportement peut être dominé par la pudeur et le dégout. L’enfant se tourne vers des domaines comme le sport, les amis. Cette phase de maturation demande à être respectée afin que puisse naître le futur homme. Or, dormir avec sa mère signifie ne pas respecter cette phase et en conséquent ne pas permettre à ce fils de devenir un homme à part entière. Votre mère a du mal à accepter que son fils puisse s’éloigner d’elle. Par cette situation, elle pousse son fils à retourner en arrière c’est-à-dire d’où l’on vient, or l’on vient toujours du ventre maternel. Le rôle du père est de barrer l’accès à ce retour mortifère et d’amener son fils vers la vie.

Comment faire cesser cela ? L’apport de la psychanalyse

Il faudrait avant tout que cette mère se fasse aider afin de pouvoir regarder sa propre histoire en face et ainsi se rendre compte de l’abus qu’elle fait subir à son enfant. Cette femme ne peut pas et ne veut pas voir quoi ?  Que lui a-t-on fait subir petite pour qu’elle reproduise sur son fils cet abus ?

Il y a des techniques qui existent pour permettre à l’enfant de reconquérir sa liberté.

On peut lui proposer de s’assoir à côté de lui lors de l’endormissement et on sort de la chambre après.

On peut placer une chaise à côté du lit et chaque soir on éloigne un peu plus la chaise du lit pour se diriger vers la porte.

On peut également mettre un  matelas à côté du lit, où on dort et faire glisser chaque jour progressivement le matelas vers la porte.

Il s’agit aussi et surtout de rassurer cet enfant en lui disant que la vie n’est pas pleine de dangers et que c’est merveilleux de grandir pour partir et vivre sa vie d’homme, libre.


Partagez cet article sur la psychanalyse !

10 Comments

  1. Bonjour
    J’ai quitté mon ex mari il y a un an et demi.
    Depuis, à chaque fois qu’il est avec son fils de 6 ans, il le fait dormir avec lui que ce soit chez lui ou sur leur lieu de vacances.
    Je lui ai demandé gentiment d’arrêter mais il continue.
    Quand mon fils rentre, il refuse de dormir seul dans son lit. Il a peur. Bien que je le rassure et que je lui explique que ma place n’est pas dans son lit, il insiste, pleure, angoisse …
    Je manque d’arguments pour convaincre mon ex mari de cesser d’agir ainsi. Et je comprends d’autant moins son attitude que quand nous vivions ensemble il me faisait le reproche de dormir avec mon fils les rares fois où il avait une forte fièvre pour veiller sur lui.
    J’ai besoin de votre aide …
    Merci
    Sophie

    1. Bonjour Sophie,

      Je comprends votre inquiétude qui est bien légitime !
      Le papa de votre fils semble incapable de pouvoir respecter cette règle fondamentale de respect de l’enfant.
      Proposez lui de lire mon article.
      Il me semble ensuite que cette impossibilité peut provenir d’une faille dans l’enfance de ce papa au cours de laquelle sans doute il n’a pas été respecté. Il y a sûrement un phénomène de répétition. Le papa refait inconsciemment ou consciemment ce qu’on lui a fait subir petit.
      Dans l’idéal il faudrait consulter dans le cadre d’une thérapie familiale où vous et le papa de votre fils pourriez raconter devant votre enfant vos histoires respectives afin de nettoyer le passé et de faire cesser les comportements déviants. Reste à savoir si le papa est prêt pour une telle aventure.
      En tout état de cause dire à votre enfant que dormir avec son papa est interdit et lui expliquer pourquoi est un très bon début à défaut d’autre chose.
      Tenez moi informée SVP.
      Bien cordialement.

  2. Bonjour

    Mon fils de 4 ans nous rejoint chaque nuit dans le lit. Toujours à côté de son père. Nous avons beau le remettre. Chaque fois dans son lit, il arrive qu’il vienne 4 à 5 fois par nuit.
    Il nous dit qu’il a froid ou qu’il a peur. Impossible de trouver la solution pour le faire rester dans son lit. Avez vous des conseils ?
    Merci

    1. Bonjour Julie,

      Je vais passer de la solution la plus simple, au cas le plus complexe.
      Expliquez -lui que votre lit est le lit des parents et que vous y dormez en tant que mari et femme. Les enfants n’ont pas à y venir. Il aura aussi son lit avec sa femme ou son amoureuse quand il sera grand et il ne voudra pas que ses enfants à lui y viennent.
      Demandez-lui de quoi il a peur. Et si une veilleuse peut le rassurer ou un doudou.
      Vous pouvez lui proposer de laisser la porte de sa chambre ouverte ou entr’ouverte. Cela va peut-être diminuer son angoisse.
      Enfin, la dernière proposition vient de ma pratique de la psychanalyse transgénérationnelle. Un enfant aussi petit connaît inconsciemment toute votre histoire personnelle et celle de son papa. Il vient chaque nuit à la place de son papa. Il signifie par cet acte que papa a peut -être vécu des choses qu’il ne lui a pas dit ou que même il n’a pas vraiment conscientisé. En transgénérationnel, il peut s’agir de papa ou de grand-père ou plus haut encore. La question étant : qui dans la lignée paternelle a subi régulièrement une intrusion nocturne ? Et cela vers l’âge de 4 ans. Je ne sais rien de votre histoire mais j’irai sur ce terrain là d’emblée. Vous pouvez lire le cas sur mon site d’un enfant qui se faisait harceler à l’école. J’y explique les causes transgénérationnelles et vous pourrez mieux comprendre mon analyse. J’espère que vous trouverez la solution.
      Tenez-moi informée si vous voulez bien.
      Bien cordialement

  3. Bonjour ,
    je suis maman de 2 enfants, ma fille de 6 ans et ma 2 eme de 2 ans qui dort avec moi et j’allaite encor la nuit .Mon conjoint dort en bas sur le canapé du salon . Je dors en haut sur le grand lit avec mon bebe et la grande dort juste à côté dans un lit.Je me sens aimé avec mes enfants.Je n’ai pas reçu d’amour maternelle quand j’etais enfant car ma mère m’a abandonné donc pour moi c’es normal d’etre comme ça.On n’a pas fait l’amour depuis plus de 2 ans et c ´est encor moi qui était venu vers lui par envie et pour donner la vie à un frère ou une sœur pour la grande…Je n’ai depuis pas trop envie de sexe avec la grossesse allaitement et maintenant plus le travail, les nuit de reveil la fatigue, je n’ai pas le temps pour faire l’amour, même pour moi même je n’ai pas le temps..Lui il trouve le temp de voir des amis sa famille et faire du sport moi je travaille je m’occupe de mes enfants je n’ai pas d’amis j’ ai un père retraité et un frère handicapé mendiant qui habite loin.L’amour je le recois seulement de mes enfants et cela me fait du bien.Avant quand on n’avait pas d’enfant j’étais seule et triste à attendre qu’il rentre et je lui sautais dessus il en avait même marre que je le colle autant .C’est moi qui lui ai dit qu’on fait des enfants, la maison et mon coeur etait trop vide et en lanque d’amour.Lui il ne voulait pas je ne lui ai pas laissé le choix j’ai arrêté la pilule et ma 1ère fille est arrivée c’est inexplicable ce que j’ai ressenti un mélange de trop de sentiments magique .Pendant la grossesse il voulait s’enfuir finalement il est resté et depuis que la grande est née je n’allais plus vers lui parce que que mon cœur était comblé avec mon bébé que j’avais allaité plus de 3ans et demi ,on n’a pas beaucoup fait l’amour j’en avais pas envie ni le temps .La maintenant du désir j’en ai un peu mais entre faire l’amour et dormir je préfère dormir ma fille ne fait toujours pas ses nuits déjà pendant la grossesse je ne dormais pas beaucoup et là cela 2 ans que je vie au rythme de mon bébé, j’ai un travaille à domicile mais la nuit je dors entre 2 a 4h cela dépend, des fois je ne dormais pas la nuit avec l’allaitement les dents les angoisses de bébé et le lendemain je travaille épuisée.La par exemple ma fille vient de d’endormir et s’est réveillée vers 3h30 …Je vais dodo là ..merci pour votre réponse, j’avais besoin de le dire et de l’écrire des fois quand j’en peux plus j’appelle 5 min sos amitié par téléphone pour dire tout cela , là d’ailleurs je ne les ai pas appelé depuis longtemps..il y a aussi la question des sous aussi il en ramène pas assez c’est moi qui paye tout le loyer les charges et plus à manger aussi quand mr est à découvert .Je paye le 3/4 du loyer car il y a l’apl et les charges plus la mutuelle pour nous tous , on a aussi l’allocation familiale ,mais c’est moi qui dépense au final de ma poche le restant sans les aide plus de 600 e plus les achats pour les enfants et s’il a pas de sous il faut que je donne pour acheter à manger aussi.Et des fois j’ai mon frère handicapé mendiant qui vient en rajouter pour me demander une pièce et là dans ma tête tout s’enchaine , je m’énerve car des fois j’ai l’impression de subir.Je paye aussi taxe habitation, taxe poubelle,cantine de la grande.En janvier il n’y aura pas d’apl et je payerai plus le 3/4 du loyer mais 100 pour 100, heureusement que je travaille sinon on serait a la rue mais je peux vous dire que je suis a bout entre tout j’etouffe parfois….il est chomeur et ce qu’il touche c’est pour payer son crédit de voiture à manger et ses babioles et là il s’est acheté une moto.J’angoisse seule au finale j’ai l’impression quand bébé se réveille je patiente qu’elle se rendors mais tout ce qui ne va pas remonte dans ma tete en même temps….voilà il faut que j’en profite pour dormir..merci encor de m’avoir lu cela me libère de l’ecrire ..

    1. Bonjour Madame,

      A la lecture de votre message je comprends la profonde détresse dans laquelle vous êtes.

      Je comprends également le besoin d’amour qui n’a pas été comblé pendant votre enfance. De ce fait, vous cherchez l’amour défaillant de vos parents chez vos filles. Je dois néanmoins vous répondre en toute objectivité afin de vous permettre de prendre conscience de ce qui se passe et des conséquences à plus long terme.

      Un parent ne peut pas dormir avec ses enfants, comme je le rappelle dans un de mes articles.

      Ensuite, un enfant n’est pas là pour combler le besoin d’amour de ses parents. Les parents font des enfants, les élèvent et les rendent autonomes afin qu’ils puissent une fois adultes s’éloigner et vivre leur vie. Il n’est jamais bon qu’un enfant soit la raison de vivre de ses parents. Il ne pourra pas partir car inconsciemment il se sacrifiera pour le parent défaillant. Chacun connaît des adultes habitant à 40 ans passés encore avec leur parents, tels des petits enfants.

      Enfin, vous ne pouvez pas allaiter vos filles aussi tard, l’allaitement doit s’arrêter quand l’enfant a des dents. La nature vous donne la réponse : il peut mordre ; lui donner le sein devient alors un acte incestueux (en termes psychanalytiques). Une de mes patientes me racontait qu’elle avait la nausée quand sa mère l’allaitait alors qu’elle avait 4 ans. Elle me disait ne plus en pouvoir de ce sein intrusif et dixit » écœurant ».

      Il me semble que vous n’avez pas été respectée petite en plus du manque d’amour.

      Il serait bien que vous trouviez un thérapeute pour vous aider à revisiter votre enfance afin d’aller mieux, pour ensuite chercher l’amour chez un homme digne de vous.

      Je vous souhaite d’aller mieux.

  4. Bonsoir,
    Mon fils de 8 ans rejoint mon lit depuis maintenant près de trois ans chaque nuit. Nous avons essayé de lui expliquer que cela ne faisait pas et avons consulté une psychologue pendant un an. Que faire ?

    1. Vous ne me donnez pas de détails, je vous réponds de ce fait de façon rapide en vous suggérant de lire les cas traités sur mon site et de butiner les nombreuses réponses que j’ai faites aux mamans ; les situations sont variées et nombreuses.
      Vous trouverez beaucoup de réponses qui j’espère pourront vous éclairer. N’hésitez pas à m’en dire plus afin que je puisse affiner ces premières réponses.
      Bien cordialement.

  5. Bonjour. Tout d’abord merci pour cet article très bien explicité.
    A la lecture des nombreux témoignages ainsi que vos réponses, le mien n’est pas bien original : mon fils a 3 ans et deux mois, il ne veut s’endormir qu’avec moi. Il dort seul dans sa chambre et se réveille fréquemment la nuit pour me chercher. Il réclame un biberon. Les premiers années mon compagnon participait au rituel du coucher régulièrement. Notre fils a partagé notre chambre dans un petit lit à part jusqu’à ses 6 mois. Puis il est allé dans sa chambre. Un matelas était installé au sol à côté de son lit à barreaux dans lequel il dormait. Les deux premières années il a été malade sans arrêt et avait un RGO sévère. J’étais donc souvent près de lui. A chaque fois qu’il se réveillait la nuit, je me levais. ..inlassablement. J’étais épuisée. Il dormait difficilement à la sieste également. Je pratiquais le portage. Notre relation était donc très fusionnelle.
    En mars dernier j’ai perdu mon père. J’ai été assez mal les mois qui ont suivi. Avec mon compagnon c’est devenu encore plus compliqué. Depuis septembre nous voyons un thérapeute familial. Nous nous aimons beaucoup. Mais ces derniers mois nous faisions chambre à part régulièrement. C’est la période pendant laquelle mon fils est entré à l’école. Il a ses angoisses et il n’y a pas moyen de le laisser s’endormir seul. Il me supplie de rester près de lui. J’ai beau lui expliquer comme vous le dites :  » j’ai confiance en toi , tu es capable de t’endormir seul, tu as tes amis doudous, une veilleuse, on est à côté. ..etc.. » rien n’y fait. Si je me laisse alors il va se lever 3, 4,5,6 fois jusque tard jusqu’à ce que je décide de venir dormir avec lui. C’est un grand lit cabane.
    Nous adorons dormir ensemble. Si nous partons en we, nous dormons ensemble. Le papa ronfle fort et souvent part dormir ailleurs. Soit dans une autre chambre ou dans un canapé (il ronfle vraiment vraiment très très fort ). J’ai conscience que tout ceci est mauvais pour le développement psychique de mon fils. Je voudrais tellement qu’il aille bien et que l’on fasse ce qu’il y a de mieux pour lui. C’est un enfant longtemps désiré, nous avons eu recours à 6 inséminations accompagnees de 2 fausses couches dont l’une avancée.
    Je me pose la question : ai je selon vous déjà causé du tort à mon fils en dormant avec lui ? Est ce réparable ? Sera til déjà imprégné de cette maman glue pour sa vie adulte ? Merci de votre réponse.

    1. Bonjour Madame,

      Je vous remercie pour votre message.
      Je ne vous connais pas, ma réponse sera donc restreinte à ce que vous avez écrit.
      A la question : « Pourra-t-il se séparer de cette maman glu ? » La réponse est oui si vous le voulez. C’est à vous de couper le cordon.
      Vous me dites être en thérapie depuis une année, que se passe-t-il pour que votre fils continue à vouloir venir dans votre lit ?
      Vous avez perdu votre papa récemment ; peut-être que votre fils essaie de vous consoler de cette perte. Un enfant est directement en contact avec l’inconscient de ses parents. Avez-vous fait le deuil de votre papa?
      Enfin, où est votre compagnon ?
      Avez-vous un homme qui se positionne clairement comme tel à vos côtés ? Laisse-t-il des ouvertures dans lesquelles votre fils s’engouffre ?
      J’espère avoir répondu à votre question ou tout au moins vous avoir donné des pistes.
      Tenez-moi informée s’il vous plaît.
      Bien cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.