Valérie Sengler psychanalyste à Paris et Saint-Mandé

Thérapies brèves. Psy spécialiste des pathologies lourdes, enfant, adolescent, adulte

Archive de l’étiquette autodestruction

Valerie Sengler, psychanalyste, Paris ParValerie Sengler, psychanalyste, Paris

Le faux self

Si la mère est incapable de répondre aux besoins de son enfant, elle va substituer au geste spontané du bébé le sien, auquel ce dernier est contraint de se soumettre. Cette soumission est le premier stade du faux self. Cette situation répétée à maintes reprises participera au développement d’un faux self. Insuffisamment bonne, la mère fait défaut au bébé lui refusant sa toute puissance.  A la place, elle substitue le sien propre, qui n’aura de sens que par la soumission du nourrisson. Cette mère peut être malade, ou mentalement absente, elle va conduire l’enfant à voir la chose vue et la perception physique va passer au premier plan par rapport à la subjectivité. La mère devient un objet extérieur, elle ne fait plus partie du bébé. L’expérience de la mère est alors vécue comme symbole de frustration. L’enfant au lieu de pouvoir faire l’expérience de l’action libre et spontanée qui trouve un écho dans la réalité extérieure est contraint à la réaction. L’environnement le détermine. En grandissant il s’adapte et peut ressembler à la personne qui occupe le premier plan. Le bébé va ressentir ces carences comme des empiétements qui représentent une forme de menace. Car, ces carences ne sont pas ressenties comme des carences maternelles, la mère déficiente n’est pas ressentie comme telle. Ces carences maternelles sont ressenties par son bébé comme des menaces contre l’existence personnelle du self.

Le lien de téléchargement de la suite de l’article vous sera envoyé par mail :

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Revenir à l’article-sommaire sur le self et le faux self.

Lire nos articles sur la psychanalyse expliquée.